Apprendre à Apprendre: Vers le Pouvoir du Savoir !


Il y a quelques jours, et en attendant un RDV avec un client, je me suis permis de prendre un café dans une terrasse au centre ville de Casablanca. Des minutes de dégustation ont été interrompues par une scène à apparence triviale. Un bonhomme dans ses 50aine est entrain de déposer une demi douzaine de livres par table dans ledit café, puis laisse une dizaine de minutes aux personnes de chaque table pour feuilleter les livres s’ils le souhaitent. Dans une société massivement désintéressée par la lecture, la démarche est inédite! Non seulement parce que nous ne voyons pas souvent ce type d’approches ‘intellectuellement commerciales’, mais surtout parce que plus de la moitié des gens ont joué le jeu et ont acheté un ou plusieurs livres pour eux mêmes, ou ont justifié qu’ils vont les offrir à leur conjoint, ou leurs enfants. Ceci démontre surtout que malgré un désintérêt globalement répandu pour les livres, il s’avère qu’une bonne majorité des gens sont bien convaincus de la valeur de la lecture et la nécessité de redresser la barre de cette carence sociétale. Il faut saluer la démarche du bonhomme et encourager ces types d’approches qui permettent de rappeler aux gens que la lecture est essentielle pour leur santé intellectuelle qui assure la survie de leur talent à travers le savoir.


Le savoir est le pouvoir. L’expression est souvent utilisée et même sur-utilisée, mais rarement bien utilisée. De quel pouvoir s’agit-il? Il ne s’agit pas forcement du pouvoir dans le sens d’exercer une autorité sur les personnes, mais plus le pouvoir sur sa propre personne. Celui de comprendre, d’apprendre, puis d’entreprendre une action ou une mission, ou bien défendre une cause! Comprendre ce qui nous entoure afin de mieux réagir et le faire agir. Et c’est bien là l’art de l’influence! Le savoir n’implique pas l’influence unidirectionnelle mais implique certainement l’influence bidirectionnelle et mutuelle. On réagit à une chose, à une information, à une conversation, ou à une attitude qui réagit, certainement et tôt ou tard, à son tour à notre réaction qui transformera la notre. C’est dans cette dynamique que le savoir transforme le sujet et l’objet du pouvoir et de l’expérience.


Dans la quête du savoir, l’expérience et l’acte d’expérimentation sont primordiaux s’ils sont utilisés constructivement. Il faudrait avoir le courage d’apprendre avant d’entreprendre pour éviter la précipitation. En effet, n’essayez pas d’essayer avant d’apprendre à apprendre ! Savoir qu’on ne sait pas est le début du savoir. Se poser les bonnes questions, lire, investiguer la vérité absolue, relative, et même la fausse vérité. Il est impitoyable pour la santé intellectuelle de se confiner à l’expérimentation aveugle ou au confort et à l’inertie de la paresse.


Je suis amené à recevoir parmi les participants aux séminaires que j’anime des cadres ayant plus de 25 ans d’expérience professionnelle. Je suis souvent très admiratif de leur parcours et leurs expériences impressionnantes dans leurs domaines respectifs, et je me trouve séduit pas la passion d’apprendre dans leurs yeux qui me motive souvent à innover dans les méthodologies et à toujours chercher à sortir des paradigmes répandus avec des approches nouvelles afin de créer de la valeur pour mon auditoire. Je suis souvent émerveillé par le résultat, en terme de contenu, qui est toujours évolutif et qui dépend de la matière collective et non seulement la mienne. Je sors souvent de ces expériences avec beaucoup d’apprentissage et des challenges qui animent la continuité de mes travaux de recherche.


Apprendre à apprendre est aussi une question d’humilité. L’humilité de comprendre que ce que l’autre peut apporter mérite la considération. La considération du point de vue, du talent et du capital intellectuel qui fait que nous nous enrichissons ensemble. Il ne s’agit pas de prendre le meilleur et de l’utiliser, mais plus de co-créer le meilleur et d’en bénéficier ensemble. Cet état d’esprit existe et surgit d’un changement personnel et collectif qui met le partage, l’engagement et les valeurs au centre de votre leadership, au lieu de le confiner à un cercle vicieux du pouvoir qui s’acquiert avec le secret de l’information, qui légitime sa propre présence !


Par Farid Yandouz

© 2013 - 2018 by Farid Yandouz