Votre Proactivité: Votre Vraie Empreinte dans la Vie !


Vous l’aviez certainement entendu, et vous l’aviez probablement répété dans différentes circonstances: La nature n’aime pas le vide ! Quoiqu’il arrive, le vide se fait remplir, tôt ou tard. Le constat s’applique au sens propre de la nature comme à plusieurs sens extrapolés ou figurés à savoir : la nature humaine, les relations humaines, une situation professionnelle ou autre. Si vous n’êtes pas proactif, si vous ne prenez pas en main votre destin, si vous ne décidez pas consciemment, vous créerez un vide dans votre zone d’influence. Dans ce cas, quelqu’un d’autre fera orienter votre destin, vos projets, vos émotions au détriment de votre épanouissement.


L’inactivité ou encore la passivité sont des terrains favorables à la création du vide. Ceci dit, aucune notion n’est à l’abri d’une remise en question, même celles déjà acquises. Du moment que votre participation n’est plus nécessaire ou facilement remplaçable, votre niveau d’influence se voit lui aussi rediscuter. Un remplacement équivaut à dire que vous n’avez plus la possibilité de prôner votre unicité. Et comme soutenu dans un précédent article, votre rareté est bien souvent votre arme la plus sûre. Soutenir la compétitivité c’est aussi se rendre compte que personne n’est à l’abri aussitôt qu’il laisse place au vide. Quand le vide se crée par inattention ou manque de proactivité, il se remplit par expropriation.


Nous pouvons, bien entendu, blâmer le manque d’éthique de l’expropriation, mais nous pouvons aussi responsabiliser l’inattention du créateur du vide car « Qui va à la chasse, Perd sa place ! ». Cet adage, certainement plein de sens, signifie aussi la prévalence de la loi de la jungle, à savoir, le gros mange le petit, ou encore, l’allusion littéraire faite par Émile de Kératry: « La force engendre fatalement le succès, et contre le succès, n’y ayant au monde que des forces fatales, il n’existe pas de recours ; le droit est une chimère, s’il n’est le succès lui-même, la prédominance de la force».

Sans s’attarder sur la stigmatisation de la prédominance, de la force et de l’omniprésence de l’injustice, il faudrait, avant tout, reconnaître que l’esprit de conquête et l’avidité remplissent le vide que nous pouvons créer par manque de proactivité. Nous nous voilons la face quand nous déclarons que la nature n’aime pas le vide, refusant de constater que l’activité dont elle fait preuve a horreur de l’attentisme et donc, de notre inactivité. Dans votre vie professionnelle et personnelle, quand un vide se crée, vous avez le choix de le conquérir pro-activement ou quelqu’un d’autre le fera à votre place.


La proactivité à travers l’ambition éthique et responsable n’est qu’un prolongement légitime de notre liberté. C’est aussi la liberté que nous nous donnons dans nos pensées et dans ce que nous entreprenons. La liberté de penser, de concevoir, de construire, de déconstruire et de détruire. Le cycle vertueux de la liberté de la création fait que nous vivons et nous survivons entre équilibres et désastres.


Nous sommes l’objet de notre propre cycle vertueux de création, et nous en façonnons l’évolution en avançant dans l’âge. Nous voyons aussi le démarrage et l’avancement de celui de nos enfants, et aussi la fin de celui de nos parents et nos grands parents. Le point commun que nous nous partageons est certainement la proactivité de faire de notre évolution une empreinte signifiante et significative de la beauté et de la persistance de nos pensées au-delà des obstacles que nous rencontrons.- Faisons alors de notre vie un terrain pour exercer notre liberté responsable, éthique et respectueuse de là où bien sûr, commence celle des autres.


Par Farid Yandouz

© 2013 - 2018 by Farid Yandouz